Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vidéo

  • Filmer la flûte de Pan

    Filmer la flûte de Pan

     

    1. Matériel

    • Une caméra vidéo Haute Définition (HD) (SONY, Panasonic, CANON, etc.) ou un appareil photo réflex avec possibilité de filmer (CANON, NIKON, par exemple).
    • Un micro directionnel de qualité (SENNHEISER, par exemple), soit stéréo, soit une paire de deux micros disposés en XY, etc.
    • Un pied vidéo avec une tête souple assurant des mouvements fluides horizontalement et verticalement (Manfrotto, SONY, etc.)
    • Un casque d'écoute fermé (pour s'isoler du bruit extérieur ambiant): il permet de surveiller le son capté et de vérifier l'absence de bruits parasites (chauffage à air pulsé, conversations inopportunes, etc.).
    • Prévoir un bloc multiprises et une alimentation électrique pour les longues prises de vue (journée de concert, etc.), et plusieurs batteries rechargeables de haute capacité, pour assurer sa mobilité et son autonomie. Toujours décharger et recharger complètement toutes les batteries, la veille du tournage! En effet, elles se déchargent spontanément. Elles seront numérotées, de manière à les utiliser dans l'ordre, et ne pas reprendre par erreur une qui est déchargée.
    • Des cassettes vidéo HD ou des cartes mémoires de grande capacité (32 gigabytes), à haute vitesse de transfert (SANDISK, etc.). En prévoir plusieurs, si nécessaire (on enregistre 1 heure de séquences en haute définition sur une carte de 32 GB).
    • Si votre caméscope dispose d'un disque dur et d'un emplacement pour des cartes mémoires, utilisez les cartes, procédé parfaitement silencieux. Au contraire, l'écriture régulière des données sur le disque dur, à proximité du micro, laisse entendre des "clics" très désagréables pour l'oreille d'un musicien... J'en ai fait l'amère expérience, après avoir filmé 5 heures durant un concert, sans me rendre compte de ces cliquetis gênants.

    2. Repérages

    Comment se présente la scène ? en particulier:

    • Sources de lumières naturelles (soleil donnant dans des vitraux, des fenêtres) et artificielles (spots, éclairages directs et indirects). Éviter les contre-jours (donnent une silhouette noire se détachant sur un fond clair).
    • Comment sont disposés les musiciens, en particulier le flûtiste de Pan, son accompagnateur (pianiste, guitariste,etc.) ? Dans un ensemble musical traditionnel roumain, nous retrouvons contrebasse, guitare, violon, cymbalum, accordéon, chanteuse et flûte de Pan, parfois aussi autres flûtes de berger et Taragot (clarinette).
    • Veillez à ne pas gêner la vue des spectateurs!
    • Ne pas obstruer les issues de secours (allées vers la scène)! En cas d'incendie, dans une salle obscure, cela peut fortement gêner l'évacuation du public présent.
    • Si les jambes de votre trépied sont déployées, ne vous placez pas sur le passage des spectateurs, il en résulterait des coups dans le pied vidéo, des secousses voire même la chute brutale de la caméra sur le sol!
    • A quelle distance dois-je me placer de la scène et des musiciens ? La plupart des caméras possèdent un zoom optique de 12x, ce qui rapproche suffisamment la scène. Je vous livre un truc bien utile: amenez le levier de zoom en position télé maximum et cadrez pour un portrait assez serré (pour un flûtiste de Pan, de la taille au sommet de la tête, en cadrant les deux bras fléchis et les mouvements horizontaux de translation de la flûte). Faites la mise au point sur cette distance, ainsi le point restera net quel que soit l'angle choisi.
    • Si vous filmez un flûtiste de Pan et un accompagnant, pianiste ou guitariste par exemple, placez-vous de telle sorte que les deux soient disposés sur le même arc de cercle, ainsi la mise au point sera valable pour les deux, sans devoir changer constamment le focus.
    • Au cours de la répétition qui précède le concert, profitez-en pour vérifier les niveaux sonores, fort différents suivant qu'il s'agit d'un seul exécutant, d'un duo, d'un trio voire de tout un ensemble de plusieurs dizaines de personnes!... Certains instruments sont particulièrement sonores (percussions, clarinette, cymbalum par exemple).
    • ATTENTION! Les caméras vidéo pourvues d'un réglage manuel de la prise de son, possèdent des VU-mètres avec des barres qui suivent l'amplitude sonore. En principe, pour éviter la saturation du son, ces barres doivent rester dans le vert et le jaune, sans passer au rouge, sinon il y aura une saturation, une distorsion très désagréable et quasi impossible à récupérer en post-production (ne vous fiez pas à la réduction globale de l'amplitude des ondes, avec vaine tentative de restaurer les crêtes).
    • N'atténuez surtout pas trop (-3 dB baisse l'intensité sonore de moitié)! Lors d'un concert, j'ai réduit l'intensité de -20 dB: lors du visionnement sur un téléviseur, aucun son n'était audible, sur près de cinq heures d'enregistrement... Heureusement, grâce au programme de montage, j'ai pu restaurer en partie et produire un son relativement correct.
    • Balance des blancs (White Balance): utilisez une feuille de papier blanc, la cadrer de près avec la caméra, poussez sur le bouton White Balance, jusqu'à ce que la balance soit faite (le symbole cesse de clignoter). Vérifiez avec un objet très coloré et contrasté: les couleurs doivent parfaitement correspondre.
    • Certains "paresseux" négligent cette précaution, et se fient aux possibilités de corrections colorimétriques en post-production, c'est une grossière erreur.
    • Attention, les conditions d'éclairage peuvent brusquement changer au début du concert (allumage des spots et éclairages indirects dans une église, par exemple). L'image sera alors sur-exposée, trop blanche, sans relief.

    3. Tournage durant le concert

    • Filmer dès le début, en plan d'ensemble, pour situer l'endroit et la scène (les abords extérieurs, l'affiche annonçant le concert, des stands proposant des flûtes de Pan, des méthodes d'apprentissage, des CD ou des DVD, le public se rafraîchissant à la buvette, la répétition, etc.)
    • Cadrer le groupe complet, puis zoomer et parcourir chaque rangée du groupe lentement, de gauche à droite, en regroupant deux ou trois musiciens à la fois et en les filmant quelque temps, puis poursuivre lentement son mouvent panoramique. Zoom arrière, pour le chef d'orchestre qui dirige, face au groupe.
    • Arrêtez un peu après que le morceau soit entièrement exécuté, suivi des applaudissements et de la réaction des élèves qui viennent de jouer devant le public constitué des parents, amis et passionnés.
    • Le vidéaste doit toujours être discret, "transparent", personne ne doit remarquer sa présence. Son visage garde une expression sereine, détendue, et il sourit largement aux musiciens débutants ou chevronnés.
    • Échangez avec les musiciens, lors de la pause, profitez-en pour les complimenter sincèrement en soulignant les aspects particulièrement réussis, ainsi s'établit une relation de confiance entre le vidéaste et les personnes filmées.
    • Si la possibilité existe, connectez la caméra à un téléviseur présent (Académie de Musique, etc.), et montrez quelques séquences particulièrement belles et impressionnantes.
    • Prenez soin de conserver quelques exemplaires du programme, avec le nom des morceaux et celui de tous les musiciens, ainsi que des accompagnateurs (pianiste, guitariste, etc.). Notez les coordonnées des personnes intéressées (leur adresse e-mail, leur téléphone), en leur signalant qu'ils seront avertis dès que les séquences vidéo seront prêtes à être diffusées.
    • Respectez toujours strictement le droit à l'image!... Certains musiciens amateurs ou chevronnés exercent un métier public, et ne souhaitent en aucun cas mettre en lumière leur passion pour la flûte de Pan. Si la séquence est approuvée, la diffuser plus largement.
    • Remettez à l'organisateur du concert le DVD fruit de votre montage, avec une jaquette personnalisée et une impression sur la surface du disque d'une photo du concert, cela sera pour lui un souvenir agréable voire précieux. Prévoyez une copie de sauvegarde (DVD), et le fichier image (*.img) à partir duquel le montage peut être utilisé pour produire en quelques minutes seulement d'autres DVD.

    4. Montage et diffusion

    La post-production est le travail qui suit la prise de son et d'images.

    • Il existe des logiciels professionnels, capables de gérer des fichiers volumineux en haute définition, et surtout de mener à bien l'étape la plus énergivore: le rendering (conversion de toutes les séquences, en un ensemble cohérent, destiné à la diffusion sous différentes formes: DVD, Internet (streaming).
    • Les principaux sont Adobe Premiere (pour Mac et PC) et Final Cut Pro (Mac).
    •  Il existe d'autres programmes meilleur marché, souvent constitués de suites d'applications pour réaliser les différentes étapes du montage. Certaines sont excellentes, d'autres plantent, lors de l'étape finale (rendering), et après avoir tourné toute une nuit, affichent un message d'erreur piteux...

    Il existe plusieurs sites Web spécialisés dans la diffusion de films et séquences vidéo, en particulier:

    - YouTube

    - dailymotion

    - Vimeo

    Une fois votre compte créé, vous pouvez télécharger vos vidéos, en tenant compte des conseils donnés pour assurer le meilleur rendu possible après conversion.

    5. Droits d'auteurs (Copyright)

    • Respectez strictement les droits d'auteur, sous peine de devoir vous acquitter de lourdes amendes!
    • Indiquez toujours de manière détaillée le titre du morceau de musique, chanson, etc., son auteur, la version. Le fait d'indiquer que le titre est disponible sur iTunes et Google Play manifeste clairement votre intention en tant que vidéaste, de respecter les droits d'auteurs concernés.

     

    En guise d'illustration, voici quelques clips vidéos postés au cours des dernières années. Remarquez l'évolution de la définition de l'image et de la qualité du son.


    Romanian Dances Liselotte Fennema-Rokyta par pascruze2002


    Adios Nonino par pascruze2002

     

  • Atelier de construction de flûtes de pan par Ionut Preda

     
    Cliquez sur l'image pour démarrer l'album en 3D.
    Cliquez sur le coin inférieur droit, pour tourner la page.

  • Apprendre à jouer de la flûte de pan

    Apprendre à jouer de la flûte de pan

    Pour ceux que le son de la flûte de pan a captivé et envoûté, commence une recherche délicate: comment vais-je apprendre à jouer de cet instrument ?

     

    "Oblivion" d'Astor Piazzolla, interprétée par le Michel Tirabosco Trio à Delft, en 2007. Avec Michel TIRABOSCO (flûte de pan), Jean-Marie REBOUL (piano) et Franck COTTET-DUMOULIN (contrebasse).

    Cours de flûte de Pan

    Si vous avez de la chance, peut-être avez-vous près de chez vous un professeur de musique qui enseigne la flûte de Pan. C'est le cas en Suisse, en Allemagne, en France, en Belgique, au Pays-Bas, au Japon, en Corée, pays où cet instrument a connu un succès durable.

    Séminaires de flûte de Pan

    Chaque année sont organisés dans divers pays, des séminaires de flûte de Pan ou Pan flute Workshops, durant lesquels une formation théorique et pratique est donnée à des élèves de tous niveaux, encadrés par des professeurs renommés et talentueux. Cela permet de nouer des amitiés durables, car les participants reviennent fidèlement chaque année. Souvent, un concert de clôture réunit tous les élèves, quel que soit le niveau de leur expérience musicale. Jouer en groupe, c'est merveilleux, car cela demande de la discipline et un bon sens du rythme.

    Méthodes d'apprentissage de la flûte de Pan

    Pour ceux qui n'ont pas l'opportunité de suivre des cours ou les moyens de participer à un séminaire, il reste la possibilité d'apprendre par soi-même, en autodidacte. Sans professeur pour corriger les mauvaises habitudes naissantes (tenue de l'instrument, respiration et embouchure, demi-tons, vibrato, etc.), il nous faudra montrer bien de la persévérance, pour franchir les premières étapes de ce difficile apprentissage. Bien sûr, grâce aux séquences vidéo présentes sur You Tube, nous pourrons nous inspirer de flûtistes de Pan professionnels et renommés, tels Gheorghe ZAMFIR, Simion STANCIU dit "Syrinx", Damian LUCA, Nicolae PÎRVU, Raluca PATULEANU, Ulrich HERKENHOFF, Mathias SCHLÜBECK, et tant d'autres.

    Voici une liste des principales méthodes d'apprentissage. Je précise pour chacune son titre, son auteur, l'édition, la langue, si le livre est accompagné ou non d'un CD audio et/ou d'un DVD. Il y en a bien sûr bien d'autres, publiées dans leur pays respectif (Pays-Bas, Japon, Corée, Chine, etc.).

    • TRAITE DU NAÏ ROUMAIN, de Gheorghe ZAMFIR, éditions chappell, en langue française. Ni CD, ni DVD. Un ouvrage incontournable.
    • LEHRBUCH Panflöte für Anfänger, d'Ulrich HERKENHOFF, KOCH Musikverlage, en langue allemande et traduction en anglais, accompagné d'un CD audio et d'un DVD (qui a remplacé la cassette VHS initiale). Didactique, complet, bien illustré, répertoire étendu.
    • YOU CAN TEACH YOURSELF PAN FLUTE, de Costel PUSCOIU, MEL BAY Publications, en anglais, accompagné d'un CD audio reprenant toutes les chansons du livre, et un DVD dont les textes sont traduits en différentes langues (espagnol, chinois, allemand, néerlandais et français). La parfaite méthode pour débuter son apprentissage.
    • ECHO - Vol. I Méthode de flûte de pan classique, de Raluca Daniela PATULEANU, éditions R. D. Patuleanu, en français, néerlandais et roumain. Apprentissage méthodique des techniques de base.
    • LA FLÛTE DE PAN Une raison d'aimer, de Patrick KERSALE et Anca ALEMAN, Editions ARMIANE, en français, une méthode très didactique, instructive et complète, par un musicologue et musicien passionné. Le répertoire est riche et varié.
    • LA FLÛTE DE PAN Comment en jouer en peu de temps, de Luca REBESCU, Editions PAUL BEUSCHER ARPEGE, en français. Pour élèves avancés, vu le répertoire traditionnel roumain.